1950-1ere ascension Annapurna

Le lyonnais Maurice Herzog seconde sa mère dans l'éducation de ses 8 frères et soeurs, tout en commençant ses études au collège Chaptal, à Paris, et en préparant son entrée à l'école des Hautes Etudes Commerciales (HEC). La famille Herzog possède un châlet à Chamonix, en Savoie, et passe donc toutes ses vacances au pied du Mont-Blanc : Maurice peut ainsi régulièrement en escalader les parois glacées...

Quand la guerre éclate, il est mobilisé et arrête sa préparation à l'école Polytechnique. En 1942, il entre dans la Résistance puis prend le commandement d'un bataillon de 250 Francs Tireurs et Partisans (FTP) de haute montagne en 1944. A la Libération, il intègre la firme Kléber-Colombes mais continue ses courses en montagne. Il est alors contacté par Lucien Devies, surnommé "le De Gaulle de la montagne"...

Devies rassemble les meilleurs alpinistes français qui partent pour une expédition incensée et, le 3 juin 1950, Maurice Herzog et Louis Lachenal atteignent le sommet de l'Annapurna : ils deviennent les 1ers humains qui ont réussi à escalader un 8.000 mètres ! Coincés dans la descente, les 2 hommes sont redescendus par Gaston Rebuffat, Lionel Terray, Marcel Ichac et Jean Cousy et doivent être amputés de doigts et orteils gelés. 

Maurice Herzog reste entre la vie et la mort puis, à son retour en France, il raconte le récit de cet exploit en exclusivité dans les colonnes du Figaro et de Paris-Match. En 1958, Charles de Gaulle l'intègre dans son gouvernement et le futur député-maire Maurice Herzog devient alors secrétaire d'état au ministère de la Jeunesse et des Sports. Il y obtiendra la multiplication du nombre de stades par 5 et celle des piscines par 6...