Après avoir suivi, en 1967, une solide formation de contre-espion dans la base américaine de Fort Gulick, au Panama, Manuel Noriega devient agent de la CIA et lieutenant de la garde nationale panaméenne. Puis, en 1981, il est nommé chef des services secrets de son pays et, en 1983, chef des armées. Il autorise alors les USA à pratiquer des écoutes au Panama et aide les paramilitaires anti-communistes du Nicaragua...

Noriega leur procure notamment toutes les armes dont ils ont besoin. En 1987, ayant reçu l'appui total des Etats-Unis, il s'autoproclame président du Panama. Par ailleurs, en même temps qu'il continue à renseigner la CIA, il vend des informations sensibles aux services secrets de Cuba. Noriega dirige également le trafic de cocaïne en provenance de Colombie et il se constitue ainsi une fortune personnelle colossale.

1992-Manuel NoriegaMais, en 1988, une cour de justice américaine l'accuse de ce trafic. De son côté, le Sénat des USA affirme que la CIA savait et a sciemment fermé les yeux.

En 1989, la CIA le lache et Noriega déclare que le Panama est désormais en guerre contre les Etats-Unis...

En décembre, 26.000 soldats américains débarquent au Panama où, dés le 22, ils parviennent sans peine à écraser les "bataillons de la dignité" du dictateur Noriega.

Le général américain Maxwell Thurman annonce d'ailleurs que de nombreux soldats panaméens se sont rendus sans combattre.

Le 3 janvier 1990, Manuel Noriega se rend aussi. Il est emmené aux USA et, en 1992, un tribunal le condamne à 40 ans de prison ferme. En 1999, la France le condamne à son tour (par contumace) à 10 autres années de prison ferme pour blanchiment d'argent et le Panama à 2 peines de 20 ans de prison ferme pour 2 meurtres...