Créé en 1984, le cabinet MOA (Mobilité et Orientation Active) se veut le grand spécialiste du "décrutement collectif". En 1986, ayant abondamment utilisé les possibilités de départ en préretraite et d'aide au retour de son personnel, la Régie des Automobiles Renault décide de faire appel aux services de MOA pour procéder au "dégraissage sur mesure, en douceur et au cas par cas" que lui propose ce cabinet spécialisé...

1986-Renault Sport


La 1ère mission de MOA est une réussite : il ferme sans problème la filiale Sport de Renault.


Puis, les 30 consultants du "cabinet de décrutement" se chargent de reclasser le personnel de plusieurs filiales de province, dont celle d'Hénin-Beaumont.

MOA intervient ensuite à Grand-Couronne, à Cléon et termine avec le dossier le plus délicat : Boulogne-Billancourt. Le cabinet y installe d'ailleurs ses bureaux, à deux pas de l'île Seguin. Les consultants commencent par former des conseillers de conversion parmi les membres de la direction sociale de Renault, à qui ils enseignent des techniques nouvelles.

En février 1987, un "groupe témoin" de 50 salariés est rassemblé en vue d'un départ proche. Pour dédramatiser, MOA contacte les élus CFDT et organise des réunions avec une partie de la base de ce syndicat, lequel accepte de s'impliquer... la CFDT part du principe que, "de toute manière", l'usine de Boulogne-Billancourt va cesser son activité. L'opération "groupe témoin" ne sera cependant qu'une demie-réussite pour MOA puisque, lorsqu'elle commence réellement, en 1988, il ne reste plus que 25 des 50 salariés qui étaient initialement volontaires pour quitter Renault...