En 1919, utilisant un brevet suédois, Boris Hagelin crée la société Crypto AG, laquelle se spécialise dans le chiffrage des messages et dans leur déchiffrage, ainsi que, plus tard, dans le cryptage et le décryptage des conversations téléphoniques. A la fin de la 2nde guerre mondiale, Boris Hagelin installe son entreprise dans le canton suisse de Zoug pour échapper à l'emprise des services de la sureté militaire suédoise.

machine de Crypto AGDans les années 1960, travaillant pour des clients disséminés un peu partout dans le monde, cette société utilise la neutralité de la Suisse pour se donner une image sécurisante en matière de cryptage.

Parmi ses clients figurent notamment les services secrets allemands et ceux des USA...

Ils parviennent à obtenir que, moyennant paiement, Crypto AG accepte de les laisser "truquer" quelques-unes de ses machines...

Les allemands, la CIA et la NSA acquièrent ainsi la possibilité d'accèder "en clair" aux données cryptées des clients de cette entreprise (qui sont répartis dans 130 pays différents).


Les services américains et allemands achètent en 1971 un paquet d'actions de Crypto AG pour s'assurer de sa parfaite complicité et, pendant des années, les machines de la société helvétique vont ainsi leur permettre de décrypter les secrets des autres. 


En 1993, les services de renseignements de l'Allemagne se retirent de l'affaire et ceux des Etats-Unis restent donc seuls auprès des dirigeants suisses. Dans les années qui suivent, le numérique change la donne et, au début du 21ème siècle, les machines à crypter et à décrypter de l'entreprise helvétique deviennent petit à petit totalement obsolètes et inopérantes. Malgré cela, la CIA choisit de continuer à opérer au sein de Crypto AG...