Moustapha Barzani reçoit par héritage le titre de mollah, à sa naissance en 1903, à Erbil. Au début des années 1930, Barzani participe avec son frère Ahmed à la lutte contre la Turquie et contre le protectorat britannique d'Irak pour l'obtention de l'indépendance du Kurdistan irakien. L'aviation anglaise écrase à plusieurs reprises le Kurdistan sous les bombes, en 1932, et la répression contre les Kurdes devient trés féroce...

1970-Mustapha Barzani

La famille Barzani s'exile alors en Iran où, en 1946, Moustapha Barzani et ses hommes apportent leur soutien à la nouvelle république Kurde de Mahabad. Dans la foulée, Barzani fonde le Parti Démocratique du Kurdistan (PDK).

L'armée iranienne écrase ensuite la République de Mahabad et Moustapha Barzani doit se réfugier dans la République Soviétique d'Ouzbékistan. Puis, en 1958, la monarchie irakienne est renversée...

Le régime pro-soviétique d'Abdoul Karim Kassem la remplace et Moustapha Barzani revient alors en Irak où il prend la tête du PDK (parti Kurde, nationaliste et conservateur).

Il s'allie à Kassem pour réprimer les révoltes paysannes de Mossoul et  aider à l'élimination des forces de gauche et du Parti Communiste Irakien. Le gouvernement de Karim Kassem met ensuite hors la loi le PDK, dont les membres entrent dans la clandestinité.

En 1963, le parti Baas renverse le régime de Kassem et, en 1970, Saddam Hussein en prend la direction. Barzani s'allie alors avec l'Iran, Israël et les USA. Mais cette alliance contre-nature cause en 1975 une scission au sein du  PDK. Puis l'Iran, Israël et les USA se détournent des Kurdes, dont ils n'ont plus besoin. Seul et poursuivi par l'armée irakienne,  Barzani s'exile de nouveau en Iran, puis aux USA où il meurt d'un cancer en 1979.