En février, le gouvernement italien demande à ses sénateurs de voter l'annexion de la Tripolitaine (future Libye), une province qui fait partie de l'Empire Ottoman. Trois jours plus tard, 2 vaisseaux de guerre italiens coulent une canonnière et un torpilleur turcs qui étaient mouillés dans le port de Beyrouth. Puis, à la mi-avril, la marine italienne bombarde les forts turcs de Koum Kale qui gardent l'accès vers la mer de Marmara...

1912-guerre entre Italie et Turquie

Le commerce maritime international vers Istanbul est aussitôt interrompu et, la semaine suivante, la marine royale italienne débarque à Stampolia et s'empare de Rhodes.

Début mai, elle envahit 7 îles turques pendant que, en Tripolitaine, son armée de terre prend la ville de Benghazi sans rencontrer d'autres résistances que celles des petites bandes turco-arabes qui tentent de garder ici et là le contrôle de quelques oasis.

En octobre, le gouvernement italien et celui de l'Empire Ottoman concluent une paix qui accorde la possession de la Tripolitaine et des îles du Dodécanèse à l'Italie.

Par contre, l'Empire Ottoman n'entend rien céder des provinces de Thrace et de Macédoine, lesquelles représentent pour lui un verrou important qui protége la ville ottomane d'Istanbul d'une éventuelle intrusion militaire des occidentaux.


Pour sa part, la Grèce rompt sans attendre ses relations diplomatiques avec la Turquie et lui adresse un ultimatum. Alors que la Bulgarie envisage de faire la même chose, la Serbie attaque sans préavis l'Empire Ottoman. De leurs côtés, l'Empire Austro-Hongrois et la Russie ont déclarés que, pour l'instant, ils n'envisageaient ni l'un ni l'autre de mobiliser leurs armées respectives et de s'impliquer dans ces conflits...