Abdullah Öcalan nait en 1949 dans la région d'Amara, au Kurdistan turc. Au début des années 1970, il se rapproche des mouvements d'étudiants d'Ankara et découvre ensuite des organisations kurdes de gauche qui militent pour la démocratie, le socialisme et la reconnaissance de la culture Kurde. En 1978, avec d'autres étudiants, Abdullah Öcalan crée le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) qui se veut laïque et marxiste...

1997-Abdullah ÖcalanLe PKK est surtout un "fer de lance" de la future nation Kurde, laquelle doit bientôt être fondée au Kurdistan turc.

Mais, 2 ans plus tard en Turquie, un coup d'état militaire permet à une junte anti-démocratique de prendre le pouvoir : tous les partis politiques sont aussitôt interdits.


Le PKK entre alors dans la clandestinité : Abdullah Öcalan et les autres dirigeants du parti se réfugient en Syrie et au Liban.


Ensemble, ils décident alors de prendre les armes et de combattre la junte militaire turque à partir du sol turc. En réponse à leur guérilla, l'armée turque se livre à une féroce répression...

Les affrontements font plus de 40.000 morts dans les 2 camps et le PKK se retrouve inscrit sur la liste des groupes terroristes (par la Turquie mais également par les USA en 1998).

Puis, en 1999, Öcalan est arrêté alors qu'il se trouve au Kenya...

La Turquie obtient sans mal son extradition et le condamne à mort pour trahison. De sa prison, Öcalan continue cependant à diriger le PKK. En 2000, sous son impulsion, le Parti des Travailleurs du Kurdistan abandonne subitement la lutte armée et opte pour l'autonomie du Kurdistan plutôt que pour son indépendance. En 2002, la peine de mort d'Abdullah Öcalan est annulée et est transformée en une peine de prison à vie...