CDU_Wahlkampfplakat_-_kaspl018

Sept ans aprés la fermeture des camps de concentration, alors que d'anciens nazis occupent toujours des postes élevés au sein de l'administration allemande, Israël et l'Allemagne de l'Ouest signent un "accord de réparation" en septembre 1952...

Pour le chancelier Konrad Adenauer, cette réparation permettra à son pays de retrouver son statut international dans un environnement où "encore aujourd'hui, le pouvoir juif ne doit pas être sous-estimé".

Côté israélien, le dirigeant David Ben Gourion comprend que les 3,45 milliards de marks offerts (0,2% du produit intérieur brut allemand) vont donner à son pays l'occasion d'acheter des machines, du pétrole et des navires...

Ceci permettra à son industrie de démarrer et, ensuite, d'exporter. Et c'est ainsi que ces milliards de marks vont financer les débuts du "miracle économique israélien".


Puis, à partir de 1957, l'Allemagne commence à offrir de l'armement léger à Israél. En 1962, les allemands passent au stade supérieur et livrent de l'artillerie lourde, des hélicoptères, des avions de combat, des navires de guerre et des sous-marins.


Les USA demandent, en 1964, que l'Allemagne y ajoute 150 chars Patton et précisent discrètement à l'intention des destinataires : "offerts au nom des américains". En 1965, l'Allemagne de l'Ouest et l'état hébreu co-signent ensuite, dans le plus grand secret, l'accord Opération Business Friend...

Dans cet accord, le gouvernement allemand s'engage à prêter 645 millions de marks aux dirigeants israéliens, lesquels veulent se doter d'un armement nucléaire. Puis, en 1967, l'Allemagne livre à Israël des chars possédant un blindage allemand extrêmement difficile à percer. Ces chars vont aider l'armée israélienne à prendre un trés net avantage dans la "guerre éclair" préventive qu'elle mène contre une coalition arabe...