1979-Deng XiaopingAprés avoir favorisé la natalité pendant des décennies, la Chine de Deng Xiaoping met en place un plan de contrôle des naissances en 1979 et, à partir de 1980, les Chinois qui veulent un enfant doivent obtenir un permis.

Avoir un seul enfant donne cependant des droits et des aides financières. Mais, en cas de seconde naissance, le couple doit rembourser les aides perçues. De plus, ses salaires sont systématiquement minorés de 10% pendant 14 ans...

Dans les années qui suivent, un dispositif intra-utérin contraceptif est implanté à chaque Chinoise qui a eu son 1er enfant. Celles qui en ont 2 ou plus sont stérilisées, de gré ou de force.

Au Bangladesh, qui est un pays à très forte densité de population et où sévissent misère et chômage, un plan de contrôle démographique est également adopté. Dans les années 1980, un petit pécule est proposé aux femmes qui acceptent d'être stérilisées.

La campagne de stérilisation atteint ses objectifs mais une partie des femmes opérées n'est pas au courant de l'irréversibilité de la stérilisation. Beaucoup d'autres doivent signer un formulaire de consentement sans savoir ce qu'il contient.


Par ailleurs, au cours de l'année 1991, un total de 100 millions d'avortements de foetus féminins a été pratiqué en Chine, Inde, Pakistan, Bangladesh, Népal, Egypte et Asie occidentale. 


Au Pérou, pays à trés forte majorité catholique, le tyrannique président Alberto Fujimori légalise la stérilisation en 1995, contre la volonté de son peuple. Ce n'est que vers la toute fin des années 1990 que les Péruviens découvrent que 30.000 de leurs concitoyens ont été vasectomisés et que 330.000 de leurs concitoyennes ont subies d'irréversibles hystérectomies. Le taux de pauvreté se maintient quant à lui à 50%...