Pendant la 2nde guerre mondiale, l'Iran reste neutre mais, le 21 août 1941, l'URSS l'envahit par le nord et s'empare de la province d'Azerbaïdjan, qu'elle rattache aussitôt à la République Soviétique d'Azerbaïdjan, tandis que l'armée britannique prend possession des régions pétrolifères du sud. Entre les 2 se trouve un territoire faisant partie de la province d'Azerbaïdjan, trés majoritairement peuplé de Kurdes...

1945-Seyyed Jafar PishevariCes derniers, libérés de la mainmise iranienne, proclament leur indépendance et, en 1942, créent le Parti Démocratique Azerbaïdjani (PDA) "pour la renaissance Kurde".

L'URSS envisage alors de rattacher toutes les terres kurdes iraniennes à la République Soviétique d'Azerbaïdjan ou, à défaut, d'y installer un gouvernement fantoche.

L'Armée Rouge encadre alors de trés près les combattants du PDA et, sur les conseils de l'URSS, Seyyed Jafar Pishevari, chef du PDA, forme le Gouvernement du Peuple Azerbaïdjanais en décembre 1945.

L'URSS pense ainsi pouvoir obtenir par la suite la grande république kurde pro-russe de ses rêves.

Mais les Kurdes y sont opposés et, le 22 janvier 1946, ils déclarent l'indépendance de la République Kurde de Mahabad, qui comprend le lac d'Ourmia et a pour capitale la ville de Mahabad.

L'URSS accepte finalement l'existence de ce micro Kurdistan à côté de "son" Azerbaïdjan et, le 6 mai, l'Armée Rouge se retire.

Les USA envoient aussitôt des armes à l'Iran qui reconquiert tous ses territoires kurdes, où les militaires iraniens répriment ensuite violemment la population. Bien que viscéralement anticommunistes, quelques 500 combattants kurdes trouvent alors provisoirement réfuge dans la République Soviétique d'Azerbaïdjan...