Le cinéaste français Abel Gance écrit un scénario de 250 pages, librement inspiré de Le Rail, un roman de Pierre Hamp. Puis, en 1929, il utilise son scénario en commençant le tournage de La Roue, un film qui glorifie le chemin de fer et l'usage de la vapeur. La compagnie PLM lui prête une superbe locomotive Pacific 231. Fernand Leger commence à dessiner l'affiche du futur film et Arthur Honegger en écrit la musique...

1923-sortie du film La Roue-Abel GanceMais le tournage se heurte à des imprévus : une grève de cheminots, des avalanches sur les flancs du Mont Blanc (où des scènes doivent être réalisées) et le décès d'Ida Danis, la compagne d'Abel Gance.

Le tournage s'éternise et le budget initial est multiplié par 10. Exaspéré, Charles Pathé dénonce le contrat qui le lie au réalisateur.

Abel Gance persiste et réussit en 1923 à terminer le film, lequel est un long spectacle de 7 heures.

L'écrivain Jean Cocteau parle alors de chef d'oeuvre et le cinéaste Jean Epstein affirme que La Roue est "le plus beau film du monde".


Cependant, Séverin Mars, acteur principal de ce (trés) long métrage, meurt avant la première et ne verra donc jamais La Roue.


Le public, trouvant le film trop long, quitte les salles pendant les projections. Abel Gance se met alors en tête de raccourcir son film et multiplie les coups de ciseaux...

Le film est donc disséminé ici et là en une multitude de petits fragments de pellicule par le réalisateur. Au début du 21ème siècle, des archivistes commencent à rassembler les bouts coupés par Abel Gance pour reconstituer l'oeuvre originel. Ils y parviennent au bout de 5 ans de longs et minutieux travaux qui permettent désormais de découvrir l'ensemble des 7 heures du film La Roue, qui plus est dans une version colorisée.

 

,