Revenu de Suisse à la mi-avril 1917, Lenine, dirigeant de l'extrême-gauche russe, se rend à Petrograd pour participer à l'assemblée des représentants du Parti Social-Démocrate. Il y prend la parole et les invite à changer "ce parti pourri en une organisation socialo-communiste". Les orateurs qui montent ensuite à la tribune affichent tous leur vive hostilité envers l'idéologie que vient de développer ce Vladimir Ilitch Lenine...

Le 25 avril, Lenine organise alors une manifestation en faveur d'une paix immédiate. Bien qu'elle n'ait pas rassemblée la foule escomptée, les alliés de la Russie commencent à craindre que la volonté des Russes à poursuivre la guerre ne s'érode. Mais le soviet de Petrograd accepte de soutenir le gouvernement provisoire du prince Gueorgui Lvov, ainsi que l'offensive militaire que prépare Alexandre Kerensky, son ministre de la guerre...

1917- massacre du 3 juillet - PetrogradL'attaque russe échoue et, le 3 juillet, les révolutionnaires manifestent de nouveau à Petrograd.

Ils espèrent ainsi obtenir une paix séparée entre l'Allemagne et la Russie et, si possible, faire basculer leur pays vers un régime de soviets.


Mais le ministre de la guerre envoie contre eux des troupes restées fidèles au gouvernement provisoire. Elles ouvrent le feu sur la foule. Leon Trotski est arrêté mais Lenine reste introuvable.


Le ministre social-démocrate Alexandre Kerensky prend alors la place du prince Gueorgui Lvov à la tête du gouvernement. Il va toutefois se retrouver dans une situation politique délicate : en effet, sur le front, les bolcheviks ont réussi à créer des soviets au sein de l'armée et de plus en plus de régiments refusent désormais d'obéir. Le pire pour lui est que les soldats de ces unités quittent les tranchées en emportant leurs armes avec eux...