En 1898, Emile Delahaye, fabricant d'automobiles de luxe, quitte Tours pour s'installer à Paris où réside sa clientèle fortunée. Mais, en 1901, il quitte sa société pour raison de santé. Ses successeurs créent alors des modèles dont ils placent les moteurs à l'avant. La firme Delahaye se diversifie et devient le 1er fabricant français de camions (les cabines des conducteurs sont placées au dessus du moteur pour gagner du volume de chargement).

Pendant la 1ère guerre mondiale, Delahaye doit fabriquer des obus, des fusils et des moteurs d'avions. Aux USA, plusieurs sociétés fusionnent pour devenir General Motors. Les constructeurs allemands les imitent et donnent naissance à Daimler-Benz et à Auto-Union. En 1928, Delahaye fait de même avec plusieurs petits fabricants français. Mais cette alliance est trahie en 1932 par Rosengart, qui choisit de s'associer à l'allemand Adler.

1939-publicite de la marque DelahayeSur les conseils d'Ettore Bugatti, la firme Delahaye se lance ensuite, avec bonheur, dans la compétition automobile. Mais, dés 1933, Adolf Hitler fait fortement subventionner les constructeurs automobiles allemands et, à partir de 1935, les voitures à croix gammées de Daimler-Benz et d'Auto-Union (équipées de moteur de 500 ch.) dominent toutes les compétitions. Puis, la France vit les heures sombres de l'occupation allemande.

A la Libération, Delahaye est chargé de fabriquer des camions, ainsi que des voitures de luxe pour l'exportation. Mais, aux USA, les grands constructeurs fabriquent de série des voitures haut-de-gamme moins chères et la clientèle riche se détourne de Delahaye. De plus, le gouvernement français a réduit ses commandes de véhicules utilitaires. En 1953, Hotchkiss s'empare alors de Dalahaye... dont le nom disparaitra définitivement en 1956.