Carlos Menem, élu président de l'Argentine en 1989, choisit Domingo Cavallo, qui est diplômé de Harvard, comme ministre de l'économie. Cavallo couple alors la valeur du peso argentin sur celle du dollar américain : l'inflation est stoppée et la croissance du pays repart ! Mais, en 1994, la crise économique qui frappe le Brésil et le Mexique fait flamber la valeur du dollar et bondir les taux d'intérêt des emprunts argentins de 20%...

Domingo_Cavallo_(cropped)L'Argentine entre en recession en 1998 et plus de 14 millions d'Argentins sombrent dans la pauvreté.

Le 24 octobre 1999, Fernando de la Rua, candidat du Front pour un Pays Solidaire (centre gauche), gagne les élections présidentielles.

Le Fond Monétaire International (FMI) lui propose alors un prêt de 10 milliards de $ pour rembourser les créanciers de l'Argentine en échange de la mise en place d'un régime d'austérité.

Fernando de la Rua se plie aux conditions du FMI mais, en juin 2000, une énorme grève générale et des barrages routiers paralysent tout le pays pendant 35 jours d'affilé.

Le 18 décembre, le FMI et un groupe de financiers accordent à l'Argentine un second prêt de 40 milliards de $, remboursable en 3 ans...

Le président De la Rua met de nouvelles mesures d'austérité en place et nomme à son tour Domingo Cavallo ministre de l'économie.

Ce dernier négocie le remboursement de la dette du pays sur 30 ans en échange d'une augmentation des intérêts. Les salaires et les retraites sont brutalement diminués et un grand nombre de petites entreprises déposent le bilan. En 2001, l'Argentine est en "cessation de paiement technique". Les retraits d'argent étant interdits, les Argentins se ruent dans les magasins où ils volent de quoi manger. L'état de siège est alors déclaré...