En 1900, Heinrich Dreser, directeur commercial de la teinturerie Bayer et compagnie, à Wuppertal, en Allemagne, décide de se lancer dans la vente de médicaments. Arthur Eichengruen et Felix Hoffmann, chercheurs de l'entreprise, ont en effet rendu possible la commercialisation de l'acide acétylsalicylique, sous forme de cachet de la marque Aspirin, et celle de la diacétylmorphine, en poudre de la marque Héroïn...

1900-Filipendula ulmariaLa poudre Heroïn est proposée comme remède contre la toux, notamment auprès des personnes atteintes de pneumonie ou de tuberculose, 2 maladies trés fréquentes à l'aube du 20ème siècle.


Devant l'immense succès commercial que remporte leur Heroïn, les établissements Bayer s'empressent d'en fabriquer une tonne et de la vendre dans 23 pays.


Mais des effets secondaires inquiétants apparaissent chez les consommateurs : les dirigeants de Bayer demandent alors à Heinrich Dreser de freiner les ventes de l'Heroïn et de plutôt développer celle de l'Aspirin.

Une décision bien inspirée car, en 1913, l'héroïne est déclarée illégale et la firme Bayer cesse aussitôt de commercialiser son produit.

Pendant ce temps, l'acide acétylsalicylique, l'aspirine donc, continue une carrière fulgurante qui devrait, à elle seule, faire la fortune de l'entreprise Bayer...

Mais l'aspirine tombe dans le domaine publique et, en 1920, Bayer est intégré dans le groupe IG Farben. En 1930, ce dernier rachète l'entreprise allemande qui a inventé un insecticide nommé Zyklon B. De son côté, Bayer détient le brevet du neurotoxique Tabun, lequel est incorporé en 1936 dans les bombes des avions de l'Allemagne nazie. En 1950, IG Farben est démantelé et Bayer retrouve alors son indépendance...