En janvier 1933, des députés de l'Union des gauches reçoivent un courrier d'un certain Stanley Guerero, domicilié à Genève, en Suisse. Il affirme qu'aux USA, 2 Etats (Terre-Neuve et Guatemala) n'ont pas les mêmes droits que les 42 autres. Guerero indique par exemple que ces Etats n'ont droit, à eux 2, qu'à 1 seul siège au Sénat des Etats-Unis. Terre-Neuve est peuplé de 2 millions d'habitants d'origines ibériques (qui parlent espagnol).

1933-Henri de KérillisDans l'Etat de Guatemala, les habitants parlent le portugais depuis l'invasion de leur pays par Don Pedro de Syracuse en 1456.

Guerero, représentant de la Ligue de défense éthnique des Terres-Neuviens et des Guatémaltèques annonce que plus de 200 élus allemands de la sociale-démocratie et du centre leur ont exprimé leur soutien.

Il en serait de même avec 300 parlementaires travaillistes britanniques (dont leur chef de file, sir Lloyd George)...

Stanley Guerero termine sa missive en indiquant que la Ligue a saisi le bureau de la Société des Nations, lequel abordera leur cas lors de la prochaine assemblée.

Il demande donc aux élus français d'adresser un message de sympathie à ladite Ligue de défense éthnique pour enrichir le livre d'or qui sera remis au président Roosevelt...

Sans rien vérifier, des élus de l'Union des gauches adressent leurs messages à cette Ligue... fictive !

Car ce courrier farfelu est, en réalité, un canular provenant du Centre de propagande des Républicains Nationaux, animé par Henri de Kerillis. Il vaut aux malheureux qui y ont répondu de voir leurs noms inscrits en une dans des articles de feuilles royalistes et ultra nationalistes, telles que L'Echo de Paris ou L'Action Française. Ces élus de la gauche républicaine y sont alors étiquetés comme étant stupides et ignorants...