En 1938, un certain Rothmund, chef de la police suisse, suggère à ses collègues Allemands d'imprimer un J sur les passeports des juifs  d'Allemagne et d'Autriche. En juillet de la même année, les seuls pays qui acceptent les migrants juifs fuyant le nazisme sont l'Angleterre et les USA, si bien que le 13, le Völkischer Beobachter titre en première page un ironique "Personne n'en veut !". Un cap est ensuite franchi le 12 novembre...

Hermann Goering annonce une intensification des mesures anti-juives. Au printemps 1939, le bateau Le Saint-Louis tourne en rond dans l'océan Atlantique, plusieurs ports lui ayant interdit d'accoster pour débarquer ses 936 passagers car ils sont juifs allemands. De son côté, Reinhard Heydrich a donné l'ordre aux officiers S.S. de préparer le regroupement des juifs polonais dans des "réserves juives" pour le 2 septembre.

1943-Henrich HimmlerLe 31 juillet 1941, Hermann Goering fait parvenir à Reinhard Heydrich le dossier qui planifie l'extermination secrète des juifs d'Europe sous le nom de Solution finale.

Engagée dans une guerre totale, les nazis exterminent plus de 80% des juifs dés leur arrivée dans les camps : par haine, ils privent ainsi leur industrie de l'armement d'une utile main-d'oeuvre gratuite...

Mais Alfred Rosenberg justifie l'attitude des nazis en déclarant qu'aucune considération d'ordre économique ne sera prise en compte dans la "solution du problème".


Le 4 octobre 1943, Henrich Himmler prononce un discours devant les officiers S.S. dans lequel il affirme que les Russes appartiennent à une race comparable aux animaux, les juifs étant quant à eux des bacilles destructrices qu'il faut éliminer à tout prix, en veillant à ce que ceux qui sont chargés de cette tâche ne soient pas infectés !