L'OTAN (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord) décide en décembre 1979 d'installer des bombes nucléaires dans 5 pays d'Europe, face à l'URSS, tout en proposant à cette dernière d'ouvrir des négociations sur un retrait mutuel des armes nucléaires. L'Allemagne de l'Ouest, un des 5 pays devant accueillir des missiles Pershing II de l'OTAN, devient rapidement le théâtre de manifestations de plusieurs centaines de milliers d'opposants...

Dans la foulée, des écologistes et des pacifistes hostiles au nucléaire fondent le mouvement Die Grünen en janvier 1980. Die Grünen, le "parti anti-parti" réalise son 1er succès électoral en 1983 et obtient des élus au parlement fédéral, puis dans les parlements régionaux. Cette "normalisation" s'accompagne d'un schisme idéologique entre ceux qui veulent un parti de gouvernement et ceux qui préfèrent rester un groupe de pression politique.

Aprés la réunification, en 1990, Die Grünen n'obtient aucun élu alors que les ex-Allemands de l'Est élisent 8 députés de la liste écologiste est-allemande Bundnis 90. En mai 1993, Die Grünen et Bundnis 90 fusionnent et axent leur programme sur l'écologisation de l'économie et du social. Puis, en 1998, les écologistes s'allient aux sociaux-démocrates du chancelier Gerhard Schröder et, pour la 1ère fois, entrent dans le gouvernement...

Fischer_und_Paul_WolfowitzEn 1999, l'OTAN adresse un ultimatum aux troupes serbes qui ont envahies le Kosovo. Le gouvernement de Schröder décide de participer à l'opération militaire et, le 24 mars, des avions de l'armée allemande bombardent la Serbie.


En mai, l'écologiste Joschka Fischer, vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères, affirme que ces bombardements sont totalement justifiés... un grand nombre d'adhérents quittent aussitôt les rangs de Die Grünen.