Le peuple amérindien des Guaranis vit sur les berges du fleuve Parana où il confectionne et boit une infusion d'herbes qui a les vertus de purifier l'eau, d'être antioxydante, diurétique et également trés énergisante car riche en caféine. Les Guaranis en remplissent de petites callebasses nommée mati, qui ont données à ce breuvage le nom de maté. Le maté se répand par la suite dans toute l'Argentine et y devient la boisson nationale...

81_-_Odette_Labouysse_buvant_du_maté_-_Luce_Boyals_-_Crayon_sur_papier_-_Musée_du_Pays_rabastinois_invLe 17 octobre 1945, afin de se donner du courage, plusieurs milliers de travailleurs se gavent en même temps de ce fameux maté et convergent tous ensemble vers Buenos Aeres, la capitale...

Ils réclament que les auteurs du coup d'état militaire libère le vice-président Juan Peron, instigateur de réformes sociales que le patronat argentin et l'ambassadeur américain Spruille Braden ont jugé assez insupportables pour le faire renverser.

Composée de provinces trés hétéroclites, l'Argentine est unie par la langue espagnole, par la religion catholique, par les asados (les grillades réservées au week-end) et, désormais, par le maté, lequel commence à envahir le Paraguay et l'Uruguay aux alentours de 1950.

Sur les 3 millions de km2 que comprend le territoire argentin, le maté est consommé sans exclusion par toutes les classes sociales de la société.


Dans les années 1970, à travers tout le pays, totalement surexcité par les propriétés énergisantes du maté, le public argentin du groupe punk-rock nord-américain Ramones remplit des stades entiers et lui réserve un accueil si délirant et un succès si phénoménal que les multinationales du soda ont l'idée de faire d'approchantes copies chimiques du maté.


Elles inondent alors la planète avec leurs boissons hyper sucrées et caféinées...