En 1917, une poignée de communistes chinois se dit convaincue que son pays, à l'instar de la Russie bolchevique, a besoin d'un parti unique qui lui permettra de se débarrasser des étrangers et de moderniser la Chine. En juillet 1921, le Parti Communiste Chinois (PCC) voit le jour mais, comme il n'y a pratiquement pas d'usines en Chine, il ne peut pas se dire parti de la classe ouvrière ! Et, en 1930, le PCC n'a que 8% d'ouvriers dans ses rangs...

Mao1939La maigre classe ouvrière chinoise préfère s'en remettre à la solidarité locale, aux syndicats ou aux sociétés secrètes.

C'est pourquoi, lorsqu'il prend la direction du PCC en 1934, Mao Zedong choisit de s'appuyer sur la paysannerie.

En 1949, lorsque le PCC prend le pouvoir, les ouvriers ne représentent toujours que 0,5% de la population.

Le parti industrialise alors le pays, offre des emplois d'ouvriers "à vie" et leur nombre monte donc en flêche.

De plus, ils ont droit à une véritable protection sociale, à un logement social, et sont cités en exemple par le PCC.

Dans les campagnes, en 1950, la réforme agraire améliore sensiblement les conditions de vie des paysans qui deviennent des inconditionnels du régime.

En 1957, les ouvriers se sentent assez forts pour s'opposer aux exigences des "petits chefs" du parti et aux "méthodes de travail scientifiques" que veulent leur imposer les dirigeants communistes.

De son côté, la collectivisation des terres génère une production agricole qui dégage des plus values que le gouvernement utilise pour financer l'industrie. En 1995, la Chine comprend désormais 150 millions d'ouvriers (soit 8% de la population) dont seulement quelques 11% sont membres du parti communiste. Par la suite, le PCC va coupler la prospérité des Chinois à un développement économique qu'il obtient avec des recettes capitalistes...