Les grandes entreprises françaises ayant été nationalisées en 1945, il devient possible d'y installer des comités d'entreprises où les salariés élus disposent d'un budget et peuvent organiser des activités sportives, sociales et culturelles. Le syndicat Confédération Générale du Travail (CGT) crée l'association Tourisme et Travail et permet à des millions de salariés de partir passer leurs congés payés dans ses centres de vacances.

ChequeVacancesDans les années 1960, d'autres syndicats deviennent capables d'imiter la CGT et enrichissent ainsi l'offre de tourisme social de campings, de villages vacances et de colonies pour les enfants des salariés.

Puis, en 1981, après 23 ans d'absence, la gauche reconquiert le pouvoir...


L'année suivante, André Henry, ministre socialiste du temps libre, met en place le Chèque Vacances, distribué par les comités d'entreprise et les Caisses d'Allocations Familiales.


Véritable moyen de paiement, il peut être dépensé partout, non seulement dans les établissements du tourisme social mais également dans les hôtels, les clubs de vacances marchands et les campings privés. Amputés d'une partie de ses habitués, les centres de vacances doivent en outre supporter les frais de nouvelles mises aux normes, ce qui rend leur gestion d'autant plus délicate. Et en 1985, Tourisme et Travail dépose le bilan et disparait.

La CGT tente l'année suivante de créer 2 nouvelles associations mais elles vivotent sans grand succès. De son côté, le syndicat Confédération Française Démocratique du Travail (CFDT) doit vendre plusieurs de ses centres VVF (Village Vacances en Famille) pour s'en sortir. A la fin du siècle, le Chèque Vacances inventé par André Henry poursuit malgré tout sa carrière dans une société désormais trés individualiste...