Bob Hecht dirige un réseau international de trafic d'objets d'art et, en 1972, il vend un vase antique au Metropolitan Museum de New York pour 1 million de $. Il affirme à son client qu'il l'a lui-même acheté à un collectionneur arménien. En réalité, ce vase provient d'une tombe que son réseau a pillée. L'un de ceux qui ont sorti le précieux objet de cette tombe raconte au New York Times sa véritable provenance (et aussi l'endroit où se trouve la sépulture)...

Par ailleurs, la police italienne pense que Giacomo Medici est l'adjoint de Bob Hecht et qu'il a volé plus de 20.000 objets d'art anciens. En 1995, les policiers découvrent quelques 6.000 pièces grecques et étrusques, ainsi que des morceaux de murs peints de Pompeï, dans un hangar qui lui appartient, à Genève. Cette prise permet aussi au procureur Paolo Giorgio Ferri de mettre la main sur l'organigramme du réseau de trafiquants de Bob Hecht.

J-Paul Getty Center Museum


Hecht est aussitôt arrêté, ainsi que Marion True, la conservatrice du musée de Paul Getty, ce dernier étant lui même impliqué dans le trafic.


L'UNESCO rédige une convention demandant l'interdiction du trafic des biens culturels mais les USA et la France refusent de la ratifier. L'affaire du réseau international de Hecht et Medici suit néanmoins son cours et le procés de Marion True commence 10 ans plus tard...

De leur côté, Jason Felch et Ralph Frammolino, journalistes au Los Angeles Times, démarrent une enquête d'investigation. Elle leur permet de découvrir que les avocats du musée de Paul Getty ont cachés au procureur Paolo Giorgio Ferri des documents qui prouvent qu'une grande partie des pièces rares exposées dans ce musée proviennent des pillages organisés par Bob Hecht et Giacomo Medici...