En 1920, la France et la Belgique signent un accord de défense réciproque. Mais les nationalistes flamands et la bourgeoisie catholique dénoncent avec virulence une alliance qui, selon eux, viole leur indépendance. Face à cette pression politique, le gouvernement belge dénonce le traité franco-belge en 1936 et se déclare pays neutre. La France et l'Angleterre avertissent alors la Belgique qu'elle risque d'être seule face à l'Allemagne nazie...

1940-general Maurice GamelinLa France, quant à elle, doit repenser sa stratégie militaire, laquelle reposait à la fois sur son alliance avec la Belgique et sur les puissantes défenses de la ligne Maginot.

Le généralissime Gamelin décide alors de déplacer une grande partie de l'armée française derrière une frontière belge peu fortifiée, où il fait construire une ligne de blockhaus et de barrages antichars en 1937.

Mais, en 1939, elle n'est pas entièrement achevée...

Lorsque, en septembre 1939, l'Allemagne déclare la guerre à la Belgique et aux alliés, les britanniques laissent prudemment la majorité de leur aviation et de leurs soldats sur leur sol.

L'armée belge, sans char et avec une aviation numériquement inférieure, fait alors courageusement face à la wehrmacht.

Le généralissime Maurice Gamelin pense que l'Allemagne n'attaquera la France qu'au printemps 1940 et qu'elle passera forcément par la Wallonie...


Son état-major le met cependant en garde contre le danger d'une percée allemande à travers les Ardennes, laquelle prendrait alors à revers les fortifications de la ligne Maginot. Mais Gamelin refuse obstinément d'y croire et, le 10 mai 1940, il engage les armées françaises et anglaises en Belgique afin de rejoindre les forces hollandaises et belges et, ainsi, d'engager ensuite une contre-attaque qui, selon lui, déferlera sur le sol allemand...