Woodrow Wilson, président des USA, pense qu'imposer des sanctions économiques à un Etat qui en menace un autre empêchera une guerre et que seuls les Etats-Unis sont assez puissants pour faire celà. Cette idée séduit les alliés et, en 1919, ils imposent les sanctions du traité de Versailles à l'Allemagne vaincue. Par la suite, la Société Des Nations (SDN) est créée et c'est elle qui doit désormais appliquer les sanctions aux pays belliqueux.

Thomas_Woodrow_Wilson,_Harris_&_Ewing_bw_photo_portrait,_1919Mais la SDN se montre impuissante à empêcher le Japon, l'Allemagne et l'Italie de faire sombrer la planète dans une 2nde guerre mondiale. En 1945, une fois la paix revenue, l'Organisation des Nations Unies (ONU) remplace la SDN...

L'ONU se dote alors d'un Conseil de sécurité, lequel est chargé d'appliquer les sanctions décidées par les membres de l'ONU : blocage de l'activité économique, rupture des relations diplomatiques, etc...

Le Conseil peut également organiser un boycott sportif ou culturel, ainsi qu'appliquer un embargo sur les achats d'armes.

A partir de 1950, les USA font ajouter à l'éventail des sanctions le contrôle des exportations comportant de la technologie militaire, notamment à destination des pays communistes.

La Corée du Nord est la 1ère à être visée. Elle est suivie en 1962 par Cuba, puis par l'Afrique du Sud en 1963 et par la Rhodésie en 1965.

En 1990, après l'invasion du Koweit, l'ONU impose un embargo à l'Irak de Saddam Hussein. En 1993, après 2 attentats aériens commandés par le colonel Kadhafi (qui avouera sa culpabilité en 1999) c'est le tour de la Libye... A la fin du 20ème siècle, utilisant à maintes reprises l'ONU comme intermédiaire, les Etats-Unis  auront ainsi réussi à imposer au moins une de leurs multiples sanctions à la moitié de la population mondiale.