Le 3 mars 1918, les bolcheviks signent la paix avec l'Allemagne. L'Angleterre et la France apportent alors leur aide aux Russes "blancs" contre-révolutionnaires. A la fin de l'été, le président Woodrow Wilson envoie à son tour 5.300 soldats américains... pour aider les britanniques. Les 3 bateaux américains arrivent fin août à Arkhangelsk, où ils amènent avec eux la "grippe espagnole". Malgré celà, les soldats débarquent le 4 septembre...

American_First_World_War_Official_Exchange_Collection_Q47857La ville d'Arkhangelsk est alors entièrement aux mains des troupes françaises, britanniques et russes blanches.

Au même moment, le président américain fait partir un second convoi de militaires, pour la Sibérie, où ils vont devoir secourir 40.000 soldats tchèques ralliés aux Russes blancs.

Les troupes américaines sont placées sous le commandement de l'état-major anglais, lequel a pour unique objectif de chasser les bolcheviks du pouvoir.

Obéissant aux ordres des britanniques, les officiers américains mènent leurs soldats inexpérimentés face à des forces bolcheviques aguerries et appuyées une artillerie trés efficace. Les soldats américains se demandent alors la raison de leur présence en Russie et leur grogne s'amplifie de jour en jour. En décembre, le froid devient extrême et, le 19 janvier 1919, 4.000 bolcheviks attaquent et bombardent le camp américain pendant 3 jours.


A Arkhangelsk, des Russes blancs se mutinent et les soldats américains sont envoyés pour mater leur rebellion. Puis, le 1er mars, une compagnie entière de Français s'insurge. Ils sont rejoints par un bataillon d'Ecossais qui refusent d'incendier un village russe. La rebellion gagne les Américains, dont des soldats ont décidé de signer une paix secrète avec les bolcheviks : en juin, les 6.083 soldats américains sont alors ramenés aux USA...