01 juin 2018

1961 - LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS SAIT QU'UNE INSURRECTION MILITAIRE EST EN PREPARATION A ALGER

A la mi-avril, le ministre des Armées Pierre Mesmer déclare exclure que les officiers français présents en Algérie puissent s'écarter de la discipline militaire. Les officiers, partisans de l'Algérie française, multiplient alors les faux gages de loyalisme. Puis, de nuit, les 1000 parachutistes du 1er REP entrent en action et l'insurrection militaire du 21 avril, à Alger, est semble-il une surprise pour Mesmer... Sous le commandement d'Hélie Denoix de Saint-Marc, ils s'emparent des bâtiments officiels, de la radio et de... [Lire la suite]
17 mars 2018

1959 - CHARLES DE GAULLE EST ÉLU PRÉSIDENT DE LA CINQUIEME REPUBLIQUE AVEC 78,5% DES VOIX

Le 16 juin 1946, dans un discours prononcé dans la ville de Bayeux, le général de Gaulle expose sa conception du rôle du président de la République. Devenu chef du gouvernement en 1958, les français lui accordent leur confiance à 79,25 % pour mettre en place la nouvelle constitution de la 5ème République (laquelle est précisément celle qu'il exposait 12 ans plus tôt dans son discours de Bayeux).  Charles de Gaulle part ensuite en visite à Madagascar, en Afrique et dans les territoires français d'Outremer où il parle à chaque... [Lire la suite]
14 mars 2018

1958 - LES DÉPUTES GAULLISTES DEVIENNENT MAJORITAIRES A L’ASSEMBLÉE

Après avoir, la veille, déposé son bulletin de vote dans l'urne du bureau de Colombey-les-deux-Eglises, le général de Gaulle rentre à Paris le lundi 1 décembre. Il convoque aussitôt le conseil des ministres pour le lendemain afin d'analyser les résultats de ces élections législatives. Ces dernières ont été soumises à un nouveau mode de scrutin. Les précédentes, en 1956, s'étaient déroulées en 1 seul tour, "à la proportionnelle"... La nouveauté pour celles qui viennent d'avoir lieu est que les français ont voté 2 fois : une pour... [Lire la suite]
02 mars 2018

1958 - PLUS DE 80% DES FRANÇAIS DISENT "OUI" A DE GAULLE

A la question de savoir s'ils acceptent la nouvelle Constitution de la 5ème République proposée par le général Charles de Gaulle, prés de 80% des français de la métropole a répondu "oui" le dimanche 28 septembre. Ce résultat dépassant largement l'habituel clivage droite-gauche, il est évident qu'un grand nombre des électeurs socialistes et communistes ont accordés leur confiance à de Gaulle. Avant ce référendum, les socialistes se sont d'ailleurs prononcés à 69,2% pour le "oui" au cours du congrés de la SFIO. Les meilleurs... [Lire la suite]
08 février 2018

1958 - LE GÉNÉRAL DE GAULLE PREND LA TEMPÉRATURE EN ALGÉRIE FRANÇAISE

Arrivé début juin à Alger, le général de Gaulle y est accueilli par une foule qui crie "Vive de Gaulle", " Vive Soustelle" et "Algérie française". De Gaulle, le nouveau chef du gouvernement, est reçu par le général Raoul Salan, par le gaulliste Jacques Soustelle et par les membres du Comité de Salut Public  du 13 mai. Ce "mouvement du 13 mai" rassemble une palette de personnalités algéroises plutôt hétéroclites... Il regroupe des officiers parachutistes qui considèrent qu'ils ont été humiliés, des algérois qui pensent... [Lire la suite]
31 janvier 2018

1958 - LES FRANÇAIS D’ALGÉRIE VEULENT QUE L’ALGERIE RESTE FRANÇAISE

Le matin du 13 mai, Alger est calme. Puis, à la mi-journée, des voitures équipées de haut-parleurs sillonnent la ville et appellent les habitants à la grève et à se rassembler "pour la France et pour l'Algérie" : les terrasses des restaurants se vident, les trolleybus rentrent au dépot, les magasins baissent leurs rideaux et les taxis s'éclipsent tandis qu'un groupe de lycéens venus d'Hussein-Bey se dirige vers Alger... Un autre rassemblement de jeunes gens remonte vers le plateau des Glières en scandant "Algérie française !". Ils... [Lire la suite]
07 décembre 2017

1956 - DES FRANÇAIS D’ALGÉRIE INTERROMPENT LA MARSEILLAISE ET ARRACHENT UN DRAPEAU TRICOLORE

En Algérie, la population venue de la métropole pense que ses problèmes doivent être solutionnés à Paris où, par ailleurs, elle se sent impuissante car elle n'a pas de groupe au Parlement. A défaut, des délégations y ont dit quelle est la situation de l'Algérie française et combien celle-ci se dégrade rapidement. C'est dans ce climat de tension que Guy Mollet, le chef du gouvernement, arrive à Alger en février... Le 6, il se rend au monument aux morts de la ville pour y déposer une gerbe de fleurs mais, derrière les... [Lire la suite]
Posté par MARCHOUCREUSE 23 à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
27 novembre 2017

1954 - UNE MYSTÉRIEUSE ORGANISATION SÈME LE CHAOS DANS L’ALGÉRIE FRANÇAISE

En octobre, les régions d'Alger, d'Oran, de Constantine et du massif des Aurès sont la cible d'attentats, d'incendies criminels et d'attaques de commandos de terroristes. Ces actes, bien coordonnés, sont à l'évidence l'oeuvre d'une organisation structurée qui a, en outre, bénéficié de l'effet de surprise. Le gouvernement français suspecte alors le parti nationaliste MTLD de Messali Hadj...  Mais ce dernier nie toute implication et se dit tout aussi surpris que les autorités par ces attentats. Sur les 3 bombes qui ont été... [Lire la suite]
14 novembre 2017

1954 - DES REBELLES ALGÉRIENS S'EMPARENT DE LA PETITE VILLE D'ARRIS

La bourgade de Batna, subdivision militaire du département de l'Algérie française, se trouve à l'écart de la grande route. Le lundi 1 novembre, elle est brusquement attaquée (sans succès) par des centaines de rebelles venus du massif de l'Aurès.  Cette attaque survient à la suite de la campagne de recrutement menée par des cadres fellagas venus de Tunisie. Ils parviennent ensuite à s'emparer d'Arris, la capitale régionale, où les 200 européens qui vivent parmi ses 2500 habitants sont terriblement inquiets... Une colonne... [Lire la suite]
Posté par MARCHOUCREUSE 23 à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
10 novembre 2017

1945 - L’ALGÉRIE FRANÇAISE NE FÊTE PAS LA VICTOIRE DU 8 MAI

Le 8 mai 1945, Ferhat Abbas vient voir le gouverneur général du département français d'Algérie pour le féliciter de la victoire des alliès contre les nazis. Or Ferhat Abbas, qui est à la tête d'un mouvement nationaliste de 500.000 membres, est considéré par l'administration française comme un homme très dangereux : il est aussitôt arrêté. Des emeutes sanglantes éclatent alors à Setif, Guelma, Chevreul, Kerrata et Perigotville. Des écoles sont incendiées, des maisons détruites et des cadavres mutilés gisent à... [Lire la suite]