12 novembre 2018

1968 - DES MANIFESTATIONS D'ÉTUDIANTS FRANÇAIS DÉGÉNÈRENT

Le 7 mai, des étudiants qui manifestent à Paris tentent de rejoindre la Sorbonne, une université occupée par d'autres étudiants mais qui est encerclée par la police. Il s'ensuit un très violent affrontement. Le 8, une autre manifestation tente de nouveau d'atteindre la Sorbonne : le cortège se retrouve de nouveau face à un solide barrage de forces de l'ordre. Les dirigeants des syndicats d'étudiants et d'enseignants interviennent alors... A force de persuasion, l'UNEF et le SNESup obtiennent finalement que les étudiants acceptent... [Lire la suite]
Posté par MARCHOUCREUSE 23 à 19:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
31 janvier 2018

1958 - LES FRANÇAIS D’ALGÉRIE VEULENT QU'ELLE RESTE FRANÇAISE

Le matin du 13 mai, Alger est calme. Puis, à la mi-journée, des voitures équipées de haut-parleurs sillonnent la ville et appellent les habitants à la grève et à se rassembler "pour la France et pour l'Algérie" : les terrasses des restaurants se vident, les trolleybus rentrent au dépot, les magasins baissent leurs rideaux et les taxis s'éclipsent tandis qu'un groupe de lycéens venus d'Hussein-Bey se dirige vers Alger... Un autre rassemblement de jeunes gens remonte vers le plateau des Glières en scandant "Algérie française !". Ils... [Lire la suite]
10 juillet 2014

1984 - LA FRANCE PARALYSÉE PAR LES TRANSPORTEURS ROUTIERS

En février, une grève des douaniers provoque la colère de transporteurs routiers bloqués à l'entrée du tunnel du Mont-Blanc. Leurs syndicats, la Fédération National des Transports Routiers et l'UNOSTRA, demandent alors à leurs adhérents de bloquer les routes. Le blocus s'organise et un immense barrage s'étend, pratiquement  sans interruption, de Chamonix jusqu'à Fontainebleau. Petit à petit, la France est bloquée et des villages, voire des villes, se retrouvent isolés et sans approvisionnement. Le gouvernement socialiste, qui... [Lire la suite]
17 avril 2014

1948 - LA PREMIÈRE MISSION DES NOUVELLES COMPAGNIES DE CRS

Jusqu'à la fin des années 1930, les patrons des Houillères se comportent comme des seigneurs. Ils contrôlent tout de la vie des mineurs, de leur naissance jusqu'à leur mort. Le soir, quand la nuit tombe sur Mazingarbe, Méricourt ou Bully-les-Mines, dans les corons (propriété des Houillères) où ils habitent, tout est carrément verrouillé et aucun d'entre eux ne peut en sortir. Aussi, dans les années qui suivent la fin de la 2ème guerre mondiale, avec les grandes avancées sociales apportées par le Conseil National de la Résistance,... [Lire la suite]