30 janvier 2016

1944 - Staline évite une guerre civile à la France

En France, dans les mois qui suivent le départ des allemands, la direction du Parti Communiste Français (PCF) refuse d'accepter le pouvoir que le général de Gaulle a mis en place, s'oppose à ce que les résistants FFI rendent leurs armes et n'accepte pas qu'ils intègrent l'armée régulière de la France. Le PCF organise alors une coordination nationale des Comités Départementaux de Libération pour remplacer les préfets et met en place des "milices patriotiques". Ces milices ont la mission de se substituer à la police nationale. Le 28... [Lire la suite]
19 janvier 2016

1943 - Plus de 200 maires déchus par le Front National de Corse

Le 25 juillet, Mussolini est arrêté. Les communistes corses se préparent alors à prendre le pouvoir et, au lendemain de la capitulation de l'Italie voisine, les maquis corses du Front National de Lutte pour la Libération et l'Indépendance de la France déclenchent une insurrection. Les maquisards déclarent aux populations de l'île que les conseils municipaux indignes sont déchus et remplacés par des patriotes... du Front National. Les communistes du Front National s'emparent ainsi de plus de 200 communes. A Ajaccio, le préfet nommé... [Lire la suite]
27 juin 2014

1946 - Léon Blum, les socialistes et les radicaux ont le pouvoir

Malgré l'hostilité du président Edouard Herriot et l'opposition résolue du général Charles de Gaulle, le projet de nouvelle constitution est adopté le 15 octobre grâce aux 440 voix des députés de gauche. En novembre, les élections législatives font progresser le Parti Communiste Français de 300.000 voix. Avec 28,8% des voix et 166 députés, le PCF devient ainsi le premier parti de France. Il est suivi par le Mouvement des Radicaux de Progrès qui parvient à en garder 157. Les socialistes de la S.F.I.O. en perdent 25 et n'ont plus que... [Lire la suite]
06 octobre 2013

1985 - Mitterrand mise sur des députés Front National

En avril, Pierre Joxe, ministre de François Mitterrand, présente un projet de loi électorale applicable dés les législatives de 1986. Le système majoritaire à 2 tours y est remplacé par un scrutin départemental, à la proportionnelle et en un seul tour. Les listes qui obtiendront plus de 5% des suffrages se partageront les sièges de députés, dont le nombre augmente et passe à 571. Un sondage révèle que 56% des électeurs sont hostiles à cette modification électorale. Michel Rocard, ministre de l'agriculture, également opposé à ce... [Lire la suite]