06 juin 2017

1930 - FORTE PROGRESSION ELECTORALE DES NATIONAUX-SOCIALISTES D'ADOLF HITLER

Dans un esprit de conciliation, Aristide Briand a souscrit, au nom de la France, au retrait des dernières troupes françaises stationnées dans la région allemande de la Sarre, après avoir fait évacuer celles qui occupaient encore la Rhénanie. Le traité de Versailles a donc déjà été passablement édulcoré. Aux élections de 1928, le parti d'Adolf Hitler ne possèdait que 12 députés. Deux ans plus tard, le National Socialist Deutchland Arbeit Parti (Parti National-Socialiste Ouvrier Allemand) fait une fulgurante percée et obtient... 107... [Lire la suite]
20 juin 2014

1932 -Pas encore nazie, l'Allemagne prépare déja la guerre

Pendant que son gouvernement participe à la Conférence de Genève sur le désarmement, le général Hans von Seeckt réorganise en secret l'armée allemande. Il lui rajoute d'illégales unités, composées de civils militarisés, qui testent discrètement de nouveaux équipements militaires allemands en Suède et en URSS. A terme, il s'agit de les produire massivement pour en équiper une  Reichswehr puissante. Les nazis, qui n'ont pas encore le pouvoir, ont noué de solides relations avec l'état-major. Un certain Schickedantz confie ainsi... [Lire la suite]
23 août 2013

1919 - Les députés du Reichstag regrettent de ne pas avoir poursuivit la guerre

L'empereur Guillaume II abdique le 9 novembre et l'armistice est signé 2 jours plus tard. Le 7 mai, le gouvernement allemand reçoit les conditions du Traité de paix de Versailles... L'Allemagne devra rendre à la France l'Alsace et la Lorraine, la province allemande de la Sarre sera placée sous l'administration de la Société des Nations pendant 15 ans et la région frontalière de Rhénanie sera démilitarisée. Un corridor d'accès à la mer Baltique sera accordée à la Pologne et Dantzig sera déclarée "ville libre" (la Prusse sera... [Lire la suite]
13 mars 2013

1918 - La révolution communiste allemande est étouffée

Si l'aristocratie n'accepte pas la défaite de l'Allemagne, le peuple, en cette année 1918, ne souhaite rien d'autre que la paix. Par ailleurs, dans les derniers mois de la guerre, la propagande distillée par les russes a amené bon nombre de soldats allemands à se constituer en conseils de soldats. Politiquement, sur la gauche du tiède Parti Socialiste, le  Spartakusbund, futur KPD (Parti Communiste Allemand), se renforce. Présents au sein du Conseil des Commissaires du Peuple (que dirige le socialiste modéré Friedrich Ebert) le... [Lire la suite]