14 septembre 2017

1951 - LA TOMBE DU MARÉCHAL PÉTAIN RAVIVERA-ELLE LES PASSIONS POLITIQUES ?

Par un décret du chef de l'état français daté du 8 juin, la détention perpétuelle du maréchal Pétain est commuée en "résidence surveillée dans un établissement hospitalier" à compter du 18 juin. Le 23 juillet au matin, à 95 ans, le maréchal décède à Port-Joinville, dans l'île d'Yeu. Peu après, ses avocats adressent au préfet de Vendée une demande pour transférer le défunt jusqu'à Douaumont et l'y enterrer... Afin d'empêcher que ne renaîssent les passions qui divisaient, et qui divisent encore, l'opinion publique française, les... [Lire la suite]
24 mars 2016

1916 - Un cercueil de 675 places au fort de Douaumont

Au printemps, des dirigeants socialistes venus de plusieurs pays d'Europe se réunissent à Kienthal, en Suisse. Ils y lancent un appel pour une paix immédiate, sans annexions ni indemnités, et demandent à tous les élus socialistes européens de démissionner de leurs fonctions gouvernementales pour ne pas avoir à voter d'autres crédits de guerre... Pendant ce temps, à Verdun, l'aumonier militaire Adelphe Pousse pénètre avec son unité dans le fort de Thiaumont et décrit ce qu'il voit... " Les boches qui l'avaient pris avaient été... [Lire la suite]
Posté par MARCHOUCREUSE 23 à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
12 mars 2016

1914 - La guerre va-elle se terminer en septembre avec la prise de Paris ?

Après les 3 premières semaine de la guerre, l'armée française a déjà subi des pertes effrayantes qui se chiffrent parfois à plus de 25.000 morts par jour et, à la fin du premier mois, l'armée allemande est pratiquement aux portes de Paris. Le 2 septembre, le gouvernement français part donc rapidement pour Bordeaux et s'y installe. Joseph Galliéni, un vieux général à la retraite, est précipitamment rappelé et chargé de défendre Paris... Le général Galliéni met alors à profit une incroyable erreur stratégique de l'état-major allemand.... [Lire la suite]
03 janvier 2015

1914 - Pétain aime le sexe et déteste la démocratie

L'orphelin Philippe Pétain est reçu de justesse (403ème sur 412) à l'Ecole militaire de Saint-Cyr. En 1914, il a 58 ans et n'est que colonel. La guerre lui donne alors une extraordinaire occasion de bondir dans la hiérarchie militaire. Sa popularité, tant sur le front qu'à l'arrière, lui vaut un abondant courrier d'admiratrices... Mais Pétain n'entend pas se marier et préfère multiplier les aventures. Chaque fois qu'il quitte le front pour Paris, il retrouve une maitresse, voire 2 à la fois. En 1918, le vainqueur de Verdun... [Lire la suite]
10 mars 2013

1916 - Hindenburg sauve Verdun

Sur le front de Verdun, le chef suprème de l'état-major, Erich von Falkenhayn, préconise de profiter de la supériorité allemande en artillerie pour faire une guerre d'usure aux français. Falkenhayn sait que, d'une part, l'armée française veut garder Verdun quel qu'en soit le prix en vies humaines et, d'autre part, qu'elle aura du mal à y renforcer son artillerie car seule l'étroite route de Bar-le-Duc lui permet d'accéder au front... Ainsi, l'artillerie allemande arrose 11 kilomètres de lignes françaises sous 1 million d'obus.... [Lire la suite]