25 décembre 2015

1932 - Louis Ferdinand Destouches déteste tous les êtres humains !

Louis Ferdinand Destouches naît en 1894 à Courbevoie et ses parents le destinent à devenir commerçant. Plus tard, il décide qu'il sera militaire et s'engage aussitôt dans l'armée française. En 1914, il part pour le front des Ardennes comme Maréchal des logis et est blessé à la tête. Démobilisé, il part alors en voyage en Angleterre et au Cameroun puis, en 1924, passe et obtient coup sur coup son baccalauréat et son doctorat de médecine. Il travaille ensuite pour la Société des Nations comme spécialiste de l'hygiène et sillonne les... [Lire la suite]
05 juin 2015

1936 - Jean Zay devient ministre du Front populaire

Le 4 juin 1936, Léon Blum nomme le jeune Jean Zay ministre de l'Education nationale et des Beaux-Arts. Le brillant jeune homme, avec le dynamisme et la fougue de ses 31 ans, crée le premier ministère de la Culture et prépare 2 projets de loi : l'un sur les droits d'auteur et l'autre sur la protection du cinéma. Il envisage également la création d'une Ecole Nationale de l'Administration.  Jean Zay réforme aussi l'Education nationale en profondeur. Il met notamment en place le collège unique et a aussi l'idée de faire circuler... [Lire la suite]
04 janvier 2015

1997 - L'église catholique française demande pardon

En 1940, le maréchal Pétain met en place un statut des juifs et les persécutions contre eux commencent. L'église n'intervient pas et se tait. L'année suivante, les dignitaires catholiques accueillent même avec chaleur le maréchal Philippe Pétain à Lyon. Seuls de rares réactions de prélats et l'engagement de nombreux catholiques dans la résistance montrent que les chrétiens refusent le fascisme. Ayant considéré pendant des siècles les juifs comme ceux qui ont envoyé Jésus à la mort, l'église catholique attend 1965 (avec le... [Lire la suite]
16 novembre 2012

1944 Le préfet de Dordogne aide les F.F.I.

En Dordogne, le maquis F.F.I. n´a plus de quoi payer ni son ravitaillement, ni la solde de ses combattants. Le responsable des résistants, le lieutenant colonel Gaucher, rencontre alors (en toute discrétion) le préfet du gouvernement de Pétain à Périgueux. Il lui expose sa désastreuse situation financière et, de ce fait, les risques de pillage qu´encoure la région. Le préfet Jean Callard lui expose alors une solution... La Banque de France de Bordeaux vient de le prévenir qu´elle va faire transférer de grosses sommes de billets... [Lire la suite]