17 juillet 2016

1947 - Les 4 ministres communistes sont démis de leurs fonctions

Réunis en urgence au Palais Bourbon, les élus du groupe socialiste de la SFIO décident de se rallier à l'opinion de Léon Blum et recommande à Paul Ramadier, président socialiste du conseil des ministres, de démissionner de force les 4 ministres communistes du gouvernement et de confier l'intérim de leurs postes à d'autres ministres en exercice jusqu'au remaniement du gouvernement. De son côté, le comité directeur de la SFIO choisit d'écouter les conseils du socialiste Guy Mollet et opte (à 12 voix pour et 9 contre) pour l'obtention... [Lire la suite]
16 mai 2016

1946 - Le général de Gaulle se démet de ses fonctions

Le samedi 19 janvier, vers 18 h., le bruit court déjà dans les rédactions que le général de Gaulle vient de prendre une décision surprenante... A 22 h., son directeur de cabinet l'annonce enfin aux journalistes : le général se démet de ses fonctions de président du gouvernement provisoire ! Dans le courant de la nuit, le général de Gaulle invite les membres du gouvernement à assister à une réunion exceptionnelle. A l'heure dite, le général arrive avec ses 2 aides de camp. Son intervention est brève... "J'ai décidé de me démettre de... [Lire la suite]
Posté par MARCHOUCREUSE 23 à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
28 janvier 2015

1945 - Les résistants français créent la Sécurité Sociale

Pendant l'occupation allemande, le Conseil National de la Résistance (CNR) prépare clandestinement la création d'une assurance sociale. Ainsi, dés 1945, le CNR met rapidement en place la Sécurité Sociale. Il s'agit d'une assurance solidaire et publique qui permet à chaque français de faire face à ses dépenses de santé. Elle est financée par des cotisations, proportionnelles aux salaires, et n'est gérée que par des salariés. Mais, en 1947, le gouvernement du président socialiste Vincent Auriol fait voter la loi Morice, laquelle écorne... [Lire la suite]
27 juin 2014

1946 - Léon Blum, les socialistes et les radicaux ont le pouvoir

Malgré l'hostilité du président Edouard Herriot et l'opposition résolue du général Charles de Gaulle, le projet de nouvelle constitution est adopté le 15 octobre grâce aux 440 voix des députés de gauche. En novembre, les élections législatives font progresser le Parti Communiste Français de 300.000 voix. Avec 28,8% des voix et 166 députés, le PCF devient ainsi le premier parti de France. Il est suivi par le Mouvement des Radicaux de Progrès qui parvient à en garder 157. Les socialistes de la S.F.I.O. en perdent 25 et n'ont plus que... [Lire la suite]