30 septembre 2019

1962 - CHARLES DE GAULLE VEUT SE DEBARRASSER DE L'OAS

Le général Joseph Katz, chef du secteur militaire d'Oran, a bien reçu les consignes de Charles de Gaulle, président de la République française, dont le but est l'élimination de l'Organisation de l'Armée Secrète (OAS), laquelle veut le maintien de la France en Algérie. Le général Katz transmet donc l'ordre du président : jusqu'à nouvel ordre, tous les soldats en poste à Oran sont rigoureusement consignés dans leurs casernes ! Le 5 juillet, l'indépendance de l'Algérie est proclamée. Les Algériens d'Oran défilent en un cortège joyeux... [Lire la suite]
Posté par MARCHOUCREUSE 23 à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
02 septembre 2019

1978 - LE PRESIDENT BOUMEDIENE MEURT A 46 ANS

Seul parti autorisé en Algérie, le Front National de Libération (FNL) n'a pas tenu de congrés depuis 1964. Ses dirigeants, à l'instar de Mohammed Salah Yahiaoui, Cherif Belkacem ou Kaïd Ahmed, sont, sans exception, tous désignés par le colonel Houari Boumediène, président du pays. En 1965, le bureau politique du FNL s'auto-dissout et remet alors ses pouvoirs au Conseil de la révolution... Ce Conseil, qui a été créé par Houari Boumediène, est un organe majoritairement composé de militaires, membres de l'état-major, commandants de... [Lire la suite]
03 juillet 2019

1977 - LE FOOTBALL ALGÉRIEN RESTE ENGAGE POLITIQUEMENT

Le Mouloudia Club d'Alger (MCA), qui est créé en 1921, outre qu'il devient le 1er club de football entièrement mulsulman d'Algérie, devient également un foyer de lutte anticoloniale. En 1930, inquiétées par cette situation, les autorités françaises obligent alors les équipes de football algériennes à intègrer un certain nombre de joueurs européens. Mais, dans les tribunes, les supporters restent incontrôlables... Ils y chantent des chants religieux et affirment ainsi qu'ils sont musulmans. En 1954, Yacef Saadi et Zoubir Bouadjadj,... [Lire la suite]
04 avril 2019

1992 - L’ARMÉE ALGÉRIENNE CONGÉDIE LE PRÉSIDENT DE L’ALGÉRIE

En octobre 1988, l'Algérie vit des émeutes auxquelles le pouvoir répond en faisant ouvrir le feu sur les manifestants. Officieusement, cette répression aurait provoqué la mort de 600 jeunes Algériens. Puis, le gouvernement cherche l'apaisement en autorisant l'existence de partis autres que le FNL et en cessant de museler la presse. Quand Mohamed Boudiaf revient d'exil en 1992, il trouve cependant le pays en pleine crise... L'armée vient en effet d'imposer au président Chadli Bendjedid (au pouvoir depuis 13 ans) de démissionner. ... [Lire la suite]
09 octobre 2018

1988 - VIOLENTES ÉMEUTES ANTI-FNL A ALGER

Le matin du 5 octobre, parcourant les grandes avenues d'Alger, plusieurs centaines de jeunes, étudiants, lycéens et chômeurs, se mettent à tout détruire sur leur passage. A midi, une des artères qui descendent vers les quartiers résidentiels de la ville est transformée en champs de bataille : les boutiques sont pillées, les vitrines massacrées, les poubelles renversées sur la chaussée et de nombreuses voitures brûlées... Quelques rues plus haut, environ 500 jeunes, tout aussi inorganisés et non politisés, pulvérisent une cabine... [Lire la suite]
Posté par MARCHOUCREUSE 23 à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 juillet 2018

1998 - L'EUROPE PAYE POUR QUE LES MIGRANTS AFRICAINS SOIENT MIS DANS DES CAMPS

Selon Daikha Dridi, journaliste au Quotidien d'Oran, l'Union Européenne (UE) verse depuis 1998 une aide spéciale à l'Algérie, à la Tunisie et au Maroc. Pour ces 3 pays, la contrepartie exigée par l'UE est qu'ils bloquent les migrants en provenance d'Afrique noire et les empêchent d'atteindre l'Europe. La police marocaine arrête donc des centaines de noirs qu'elle interne dans des camps... Les policiers tunisiens en expulsent d'autres qu'ils laissent dans le désert, à la frontière libyenne. Au cours de l'année 2000, l'Algérie a... [Lire la suite]
08 juin 2018

1962 - L'OAS REFUSE LE CESSEZ-LE-FEU EN ALGÉRIE

Dans un texte diffusé le 19 mars, le général Ailleret donne l'ordre aux militaires français de cesser le feu après 7 ans de combats. Il y déclare notamment que "notre armée avait la mission de s'opposer aux actes de force d'un adversaire souvent exalté mais toujours courageux. Elle a combattue les bandes armées des djebels. Elles les a réduites à de petits groupes acculés à la défensive".  Le général ajoute que l'armée a ainsi empêchée une guérilla généralisée et permis de solutionner "un trés grave problème politique". Son... [Lire la suite]
Posté par MARCHOUCREUSE 23 à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 janvier 2018

1994 - LES TERRORISTES ALGÉRIENS GÂCHENT LE NOEL DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS

A la mi-octobre, le général Mohamed Lamari annonce le début d'une répression sans merci, laquelle va permettre à l'armée algérienne d'éradiquer totalement les réseaux islamistes qui sévissent dans le pays. Le 29, Liamine Zeroual, chef de l'état algérien, déclare qu'aucun dialogue ne sera possible avec les représentants du Front Islamique du Salut (FIS) tant qu'ils cautionneront les actes de terrorisme. Le 24 décembre, en guise de réponse, un commando islamiste s'empare d'un Airbus d'Air France sur l'aéroport d'Alger et... [Lire la suite]
02 septembre 2017

1996 - LES ISLAMISTES ÉGORGENT 7 MOINES CATHOLIQUES

Le 27 mars, 7 moines catholiques français sont enlevés en Algérie. Le jeudi 23 mai, la radio marocaine Medi 1 reçoit un communiqué du Groupe Islamique Armé (GIA) daté du 21 mai qui annonce que les 7 religieux ont été égorgés. Le message, signé d'un certain Djamel Zitouni (alias Abou Abderamane Amine), affirme que les moines ont été tués après l'échec des négociations avec la France.  Djamel Zitouni précise également qu'il avait demandé la libération d'Abdelhak Layada, un des anciens chefs du GIA détenu à Alger,... [Lire la suite]
31 juillet 2017

2001 - LA GUERRE D'ALGERIE DIVISE TOUJOURS LES FRANCAIS

En octobre 2000, Madeline Rebérioux, Pierre Vidal-Naquet, Jean-Pierre Vernant et plusieurs témoins de l'époque publient un appel pour que la France dénonce la torture qui a été commise en son nom, il y a 40 ans, pendant la guerre menée en Algérie. Un an plus tard, à la mi-octobre 2001, un débat houleux agite le conseil municipal de la ville de Paris... La minorité des élus municipaux de droite s'opposent farouchement au texte que la majorité socialiste veut faire inscrire sur une plaque commémorative qui sera dévoilée pour le... [Lire la suite]